Et c’est reparti pour un tour!

Nouveau gouvernement, nous avions l’espoir qu’on nous laisserait un peu tranquille… Hé bien non!

A croire que l’instruction en famille, la liberté, ça dérange vraiment dans ce pays!

Maintenant, ils ont essayé de faire passer des amendements (qui ne sont pas passés, mais au seul prétexte que ça ne passerait pas de toutes façons, l’idée générale, ils la retiennent et veulent la refaire passer séparément un peu plus tard!!!)

Je vous laisse apprécier, il y en avait trois…

et d’un
et de deux
le troisième je ne remet plus la main dessus, il visait à porter les contrôles de mairie à un par an au lieu de tous les deux ans… quand on sait déjà tous les abus qui sont trop souvent faits lors de cette enquête (violation de domicile, enquête sociale au lieu d’enquête de mairie, violation de vie privée, envoi de la police…), on ne peut qu’apprécier… mais encore, celle là je peux la comprendre (sans l’approuver) puisqu’ils sont persuadés que nous sommes des monstres maltraitant et radicalisant nos enfants contre eux (on se demande où sont les vrais « complotistes », j’ai l’impression que l’hémicycle n’en est pas dépourvu…).

Je vous invite vraiment à lire les deux textes ci dessus pour comprendre et ma colère et mon dégoût, notamment la liste des raisons invoquées, elles sont édifiantes!

Et maintenant ils préparent une « commission Flash », où ils comptent régler le cas de l’IEF. Ont déjà transpiré quelques unes de leurs intentions :

  • Nous soumettre à autorisation, les amendements n’ont pas été refusés à cause de leur contenu comme je viens de l’écrire : ils sont tout à fait d’accord avec le contenu! On ne sait pas encore de qui, mais il a été suggéré du directeur d’école : vous savez, le mec ou la nana qui déjà trop souvent quand on déscolarise, soit vous signale derechef aux services sociaux pour « IP », soit vous l’interdit parce qu’il/elle ignore la loi, soit vous répond qu’il/elle attend l’aval de son IA (qui parfois connait aussi bien la loi que lui/elle et se croit apte à interdire)… Soit les deux, ou les trois… Ces gens qui déjà trop souvent et en parfaite ignorance de leur devoir de neutralité, affichent ouvertement leur opposition voire leur hostilité face à ce choix pourtant légal, et ce y compris lors du contrôle pédagogique (voire même dans le rapport qui suit)… remarquez, c’est pratique : au lieu d’exiger de ses fonctionnaires qu’ils connaissent la loi et l’appliquent, on s’adapte à eux en modifiant la loi! Ça me rappelle un peu un certain nivellement par le bas je ne me rappelle plus trop où… il était question de grammaire négociable et d’orthographe modifiée pour coller aux plus grosses fautes… ha ben oui c’était déjà chez eux!Il y a juste un petit soucis : choisir librement le mode d’instruction de son enfant, c’est un droit constitutionnel… Mais bon, je suppose que l' »Etat d’Urgence » ou un petit 49-3 vont tout arranger? Il y en a qui doivent se frotter les mains, ce sont les trop nombreux IA qui sont purement et simplement contre l’IEF… En plus, notez l’ironie, on va donc « demander l’autorisation de faire l’IEF » à ceux pour qui l’IEF représente une charge de travail dont ils se passeraient bien, autant dire qu’ils ne vont pas avoir beaucoup à réfléchir avant d’apposer un magnifique « refusé » sur nos « demandes »… BRILLANT! Autant dire qu’il n’y aura pas beaucoup d’autorisations obtenues… voire aucune en dehors des enfants dont l’institution de veut pas d’ors et déjà.

 

  • Ils aimeraient supprimer le délai de prévenance et que les contrôles dorénavant soient « inopinés ». Alors là il y a beaucoup à en dire! Déjà, d’un côté on nous rabâche la fameuse « socialisation », mais on fait tout pour nous obliger à nous isoler! Nous n’avons déjà pas le droit de nous regrouper sur les temps d’instruction, au risque d’être taxés d’écoles clandestines, mais maintenant on veut aussi nous assigner à résidence, littéralement! Que va-t-il se passer si nous ne sommes pas présents le jour du contrôle? Et si ça se répète parce que nous sortons beaucoup, sommes en voyage… « Refus » de contrôle? Et puis ceci pose beaucoup de questions : on ne veut plus du délai de prévenance pour nous empêcher de « contester », sauf que nous « contestons » quand les conditions de contrôle annoncées sont illégales! Quand la convocation ne porte pas, alors que c’est obligatoire, les noms et fonctions des personnes qui interviennent dans le contrôle! Quand le lieu d’instruction n’est pas légal, ou quand à l’inverse on veut invoquer la protection de son domicile pour demander un autre lieu… Bref, quand on veut nous imposer des conditions illégales de contrôle. Donc là, problème résolu par la magie du contrôle inopiné : la violation du domicile et la violation de la vie privée, vous en aviez rêvé, ils veulent le faire! Vous vous êtes toujours demandé comment c’était d’être un individu privé partiellement de liberté, assigné à résidence ou devant rendre compte de ses allées et venues? Attendez vous allez le savoir!Quoi que pourquoi m’inquiète-je de savoir comment se passera le contrôle, puisque je n’aurais très certainement pas reçu l' »autorisation » du directeur de l’école publique de mon quartier… le directeur de ce merveilleux établissement qui fait que, sans me fouler, ma fille qui a plus d’un an et demi d’écart avec ses copines en sait au moins autant qu’elles alors qu’elles vont à l’école tous les jours, et ne parlons pas de la culture générale ou de l’ouverture au monde (les mamans croient toujours que ma fille a le même âge que les leurs, avant que je ne les détrompe, c’est dire…). Quand je m’aperçois que la petite copine de six ans vient d’apprendre à écrire son nom « par cœur » sans comprendre ce qu’elle écrit, incapable de me dire quel son représente l’initiale de son nom, tandis que la mienne apprend doucement chaque son et sait maintenant « écrire » « papa » avec l’alphabet mobile, mais en comprenant ce qu’elle fait, j’ai vachement envie de scolariser ma fille…! C’est proprement honteux qu’à ce jour on persiste à apprendre à lire/écrire en global alors qu’on sait quels dégâts cela occasionne au cerveau!

Les raisons invoquées pour nous traiter ni plus ni moins comme des délinquants en liberté surveillée ou comme des parents irresponsables qu’il faut forcer à scolariser (et ce dès trois ans, au fait, vous avez vu la super combo que ça fait n’est ce pas? Quand on sait l’importance de la figure d’attachement pour un tout petit et les dégâts, encore, sur le cerveau, si on le sépare trop tôt de sa mère, je commence à me demander si on ne le fait pas exprès… Mais je ne vais pas commencer à expliquer pourquoi je suis contre cette mesure-ci également, sinon mon article va finir en énorme pavé), je ne vais pas en reparler, ce sont toujours les mêmes arguments mis en avant, et les contre arguments sont exactement ceux que j’avais déjà évoqué dans mon coup de gueule précédent… (cliquez sur ma rubrique « coup de gueule » et vous aurez déjà tout… )

Je ne sais pas vous, mais moi, à titre individuel, en tant que maman concernée, je suis en train de préparer un courrier pour nos chers élus, sans compter ce qui se prépare au niveau de mon asso (comme à mon avis dans chaque asso)… Je ne peux que vous inviter à écrire à nos députés, notre ministre et notre président, au minimum… et si vous le désirez, rejoignez une asso, ne serait ce que pour lui donner plus de poids quand au nombre de ses adhérents!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *