Category Archives: Coup de gueule

De mal en pis

Bonjour à tous.
J’ai beaucoup d’articles en souffrance, j’ai tant de choses à vous faire découvrir…
Ho oui j’aurais aimé vous parler de mathématiques, de rimes ou encore d’un chouette livre…
Comme j’aurais voulu vous parler du début de l’automne, de couronnes ou de feuilles…

Si vous ne vivez pas au fin fond d’une grotte en zone blanche, et avez au moins un œil sur le monde éducatif, vous savez ce que notre président a décrété vendredi dernier… le 2 Octobre.

Cet après midi là j’emmenais petite graine dans un parc d’attractions. Et oui, l’été fût studieux, c’était maintenant la période plus légère où l’on bosse un peu moins, c’est aussi ça l’IEF, on a notre propre rythme… J’étais au volant de ma voiture, le cœur léger malgré la météo pourrie, nous allions nous immerger quelques heures dans un autre univers, faire les folles et manger de la barbe à papa… Le téléphone sonne, et comme ma voiture à un Bluetooth intégré je décroche… Et là dans la cabine raisonne la voix d’une amie « C’est la merde, réunion d’urgence, Macron vient d’annoncer qu’il interdit l’IEF! » (Je ne fais habituellement pas de « pub » pour mon asso sur mon blog, je tâche de rester neutre, mais ceux qui me connaissent savent déjà que je suis quo-fondatrice de l’association UNIE…)

Là je ne comprends pas, quoi, comment, QUID? La loi ils l’ont changé récemment, d’ailleurs elle est bien cadrée et plutôt claire, comment un gouvernement qui a fait un truc plutôt carré décide de faire un virage à 180°? Dans ma tête se bousculent les idées, je me souviens de ceux qui s’inquiétaient de l’afflux soudain de tout ces parents effrayés par le COVID et/ou excédés par les mesure sanitaires débiles des collèges et lycées (pas un n’a pensé que faire bouger les profs et non des troupeaux d’élèves entre chaque heure pourrait être plus malin que mettre des sens uniques dans les couloirs…). Ils avaient peur que le gouvernement veuille y mettre un frein. Mais empêcher quoi au juste? Que les parents fassent un choix légal parmi les choix possibles? Le droit ne peut-il se revendiquer qu’à dose homéopathique? A condition que l’État garde son monopole de l’instruction de nos enfants? Mais comment peuvent-ils interdire un droit constitutionnel? Comment peuvent-ils seulement le justifier, l’envisager? Sommes nous encore en démocratie? Que devient la liberté? La liberté à condition de rester dans sa cage?

Je pense soudain à l’ironie de la démarche, alors même qu’une étude récemment révélée à démontré que l’école recule encore et toujours, creusant toujours plus les inégalités sociales (l’étude datant d’avant le confinement, on ne peut même pas mettre ça sur le dos du COVID et je préfère ne pas imaginer où c’en est maintenant, justement…)

L’excuse est bien ficelée : ils ont trouvé et démantelé des écoles clandestines, un classique malheureusement en France, ce n’est pas d’hier. Des gens qui ne jouent pas le jeu, on en trouve partout, en toute chose, en « IEF » comme ailleurs (il y en a même qui ne sont même pas en IEF, ils sont carrément clandestins)… Il y a justement des lois pour les traquer, des lois pour les punir. L’incompréhension est totale. La loi a fonctionné, ils ont trouvé les coupables, et là, ils veulent punir tout le monde? Une punition, c’est exactement cela. Histoire d’enfoncer le clou, notre ministre M. Blanquer nous accuse sans plus de procès d’être des ennemis de la République, au seul motif que nous ne scolarisons pas nos enfants dans ses écoles… Est-ce le seul moyen d’être « Républicain » à ses yeux? Quelle étroitesse d’esprit. Et l’insulte, croyez nous, ne passe pas.

Bien sûr, le fait qu’il y a eu une augmentation du nombre de personnes optant pour l’IEF est aussi une justification pour l’interdire! On ne peut donc revendiquer un droit qu’en étant discrets et minoritaires dans ce pays? En ce qui me concerne, c’est une circonstance aggravante de ce camouflet fait à la République. En plus d’être totalement idiot et totalement prévisible (le passage de l’âge d’instruction obligatoire de 6 à 3 ans a forcément poussé des familles à déclarer l’IEF 3 ans plus tôt! Sans compter ceux qui ne souhaitaient tout simplement scolariser qu’à 4 ou 5 ans…, et surtout, surtout, le COVID! Entre ceux qui ont peur, et ceux qui ont découvert que ce mode d’instruction convenait mieux à leur enfant à l’occasion du confinement!), ce raisonnement en dit long sur leur rapport à la Liberté chère à notre République (mais pas à leur cœur).

Le radicalisme, le séparatisme, et in extenso, le terrorisme, parlons en.
J’avais mis sous silence mes vieux coups de gueule sur ce blog, me disant que ça faisait un moment, et que je voulais un peu « nettoyer » cet espace pour n’y laisser que le sympa, le chouette. Je viens de les réactiver, ces vieux articles, car ils sont d’actualité. Je vais reposer la question, celle qu’ils évitent soigneusement, et pour cause!

Pourquoi, alors que la totalité des terroristes qui ont sévi sont sortis de l’école publique, viennent ils piétiner les plates bandes de l’IEF ou des écoles libres au nom de la lutte contre les séparatismes?

La Liberté fait elle si peur à nos dirigeants? Le mot est tombé, d’ailleurs : « contrôle ». Cette France ne ressemble plus à celle où j’ai grandi, de moins en moins. Liberté, égalité, fraternité? Aujourd’hui : contrôle et surveillance, inégalités, discrimination.

Et si toi, lecteur, pense que ce n’est pas si grave, si tu ne te sens pas concerné car tu as fait le choix de l’école pour instruire ton enfant, je te répondrai : es-tu sur, certain même, que jamais ton enfant, ta nièce, ton petit fils, ne sera en difficulté à l’école, en souffrance à l’école, harcelé à l’école, sans autre possibilité pour le sauver que de chercher des alternatives? Que jamais tu n’auras envie de tester autre chose, tout simplement? Ou même tes enfants quand ils auront à leur tour des enfants? Et ce jour là, si il n’y a plus d’alternatives, que feras-tu? La liberté, c’est aussi toutes les routes que nous n’empruntons pas, mais qui sont là quand même… Ici, notre gouvernement veut n’en laisser plus qu’une… Que ce soit celle que vous empruntiez déjà ou non, ça mérite réflexion, non?

Liberté!

Pour certains parents « IEFeurs » le réveil a été douloureux jeudi 5 Mai… Sur la toile fleurissaient des messages indignés concernant une proposition de loi : N°3704 du 27 avril 2016 (oui il a fallu quelques jours pour que l’alerte soit lancée…).

Oui je sais, une proposition de loi c’est indigeste à lire, mais si vous êtes parents IEF ou qui songe le devenir, directeur d’école alternative, directeur de CPC, parents d’enfant que vous avez déscolarisé à cause d’un trouble qui ne relève pas d’une mise en structure adaptée (DYS, phobie scolaire…), parent d’enfant handicapé, même seulement PARENT désirant conserver sa LIBERTÉ de choix concernant ses propres enfants, ainsi que le droit de transmettre votre religion, culture… ou même simplement CITOYEN tenant à vivre dans un pays libre, vous êtes concernés!

Pour les flemmards, petit résumé des magnifiques, fabuleuses idées, même, de cette proposition de loi, actuellement en première lecture : Comme nous le savons tous, les récents attentats ont été commis par quelques abrutis qui ont fréquenté une école alternative musulmane (oh merde non!), heu pardon, ils ont été instruits en famille (ha mince toujours pas!), hum, pardon, ils sont tous allé à l’école publique… (bien essayé, Mr. Ciotti…), DONC (ne nous démontons surtout pas, quitte à raisonner par l’absurde pour ne surtout pas chercher les dysfonctionnements où ils se trouvent, allons jusqu’au bout!) pour lutter contre la radicalisation, il faut :

* interdire l’IEF sauf cas particuliers. Adieu la liberté de choix d’instruction, bye bye les droits de l’Homme, de l’Enfant, les conventions Européennes et tout et tout. On notera au passage que les enfants relevant d’un handicap DOIVENT aller dans des structures adaptées, l’IEF n’étant accordé qu’à titre temporaire dans l’attente d’une place, donc cela sous entend bien, nous sommes bien d’accord, que vous, parent d’un enfant handicapé, DEVREZ justifier du fait que vous êtes en train d’attendre cette place, donc obligation d’en faire la demande (il n’y a que moi que cette perspective fait frémir?)… Point d’autre option pour les familles, et rester en famille pour un enfant handicapé deviendra illégal pour peu qu’on ait trouvé à le caser dans un centre fermé à 800km de chez lui… La mise à l’index des handicapés ça me rappelle vaguement un truc…

* Renforcer le contrôle de l’État sur l’Éducation (non plus l’instruction, notez bien : « d’aucune influence idéologique ou politique contraire aux valeurs de la République ») de nos enfants! … non mais vraiment, le contrôle de la pensée, avec sanction si les parents ne transmettent pas les « bonnes » idées, ça me rappelle un truc, je l’ai sur le bout de la langue…

* Soumettre les écoles alternatives à des contrôles renforcés (alors « renforcés » j’ai du mal à imaginer, puisqu’ils sont déjà contrôlés, remarquez si les inspecteurs s’intéressaient plus au fond qu’à la forme, plus à ce qui est enseigné qu’à savoir si le dernier enfant de quatre ans à être passé aux WC a reposé le rouleau de PQ sur le sol au lieu de l’étagère -OUI, je suis SARCASTIQUE, j’ai le droit, je suis un poil énervée. Je vous avais prévenu, la mauvaise herbe ça peut aussi dire des gros mots et faire ch... être enquiquineuse!-), et surtout!!! On y vient! Soumettre leurs ouverture à AUTORISATION! Bon, on passera sur tous les problèmes rencontrés dans les départements où cela se fait déjà, mais surtout, quels seront les critères? Vu l’odeur du reste de ce texte de loi je doute qu’ils seront totalement « objectifs », je crois que la liberté de culte en prend un petit coup, celle de transmettre sa religion et ses valeurs aussi, et puis il faudra que le commissaire politique (oups pardon mauvaise époque…quoique) l’inspecteur approuve les valeurs de la République dispensées (reste à savoir, question d’interprétation, ce que seront ces « valeurs » : « vote et tais toi » « que je suis content d’être un gamma »?)… Je ne suis pas musulmane et mon enfant ne fréquente pas d’école libre, mais comme dans un certain poème, je n’ai pas tellement envie non plus de ne rien dire tant qu’ils ne sonnent pas à MA porte… HA ça y est je sais ce que ça me rappelle!!! D’ailleurs, le chef de ce charmant gouvernement avait lui aussi rendu l’école obligatoire! Il avait aussi une religion dans le collimateur qu’il rendait responsable de tous les maux… Non non je n’ai pas encore franchi le point Godwin, je n’ai pas dit « NAZI » ni « HITLER »… OUPS! Ha ben si… oui mais bon, comme dit si bien Poule ou coq, c’est Ciotti qui a commencé!

* Au fait, au passage, les CPC peuvent aller pointer au chômage : le peu de familles qui auront droit à l’IEF (en admettant qu’elles soient suffisamment nombreuses encore pour faire vivre un CPC) seront très certainement, on peut l’imaginer aisément, orientées vers le CNED par ceux-là même qui distribueront, avec parcimonie, le précieux sésame… Vous en imaginez beaucoup orienter vers « la concurrence », vous?

Poule ou coq a déjà bien cerné le problème, je vous invite à lire sa prose… Je n’aurais pas dit mieux! (PS : le « point godwin » qu’elle ne s’inquiète pas, enfin si, y’a de quoi s’inquiéter justement : c’est que je n’en connais pas un seul qui ait lu cette loi qui n’ait pas fait le parallèle!).
A l’école des herbes folles a aussi fait un article bien salé sur le sujet.

Quand à moi, je vous invite à signer nos pétitions, parce que c’est de notre devoir de nous lever pour refuser qu’on fasse n’importe quoi avec nos libertés (déjà que bon, leurs abus de 49.3 on pourrait en parler longuement, mais ceci est une autre histoire) et que non, les amalgames nauséabonds, ça ne se laisse pas passer!

Contre la proposition de loi n°3704 du 27 avril 2016

Stop aux amalgames

Même si cette loi à peu de chances de passer (quoi que on ne sait jamais!), si elle passe ce sera la fin de l’état de droit et la preuve que nous avons basculé dans le totalitarisme (négation, rien que ça, des droits de l’Homme, des droits de l’enfant, des conventions Européennes, et j’en passe, il y en a trop de bafoués pour que je me les rappelle tous…), quand au mot « liberté » il faudrait alors songer à l’enlever de nos frontons…Quand je pense qu’ils ont osé (on sait à quoi on les reconnaît…) mettre, sans perdre une dent : « Dans un État de droit » dans ce torchon!

Il est effrayant qu’on puisse seulement avoir songé à la proposer, cette loi inique!