Monthly Archives: décembre 2018

Des ateliers autour des perles Montessori…

… ou pas!

Ces temps ci, petite Graine a une appétence pour la numération, donc, surfons sur la vague, et sortons le matériel qui va avec!

D’abord, se procurer les perles.

Si vous n’avez pas un gros budget, sachez que vous pouvez aussi les fabriquer, il suffit de trouver des perles de la bonne couleur… Maman Vulpin est un poil paresseuse sur ce coup là : elle les a achetées toutes faites! (Je m’approvisionne généralement chez Montessoria ou chez Ambiance Montessori, au gré de leurs arrivages et des produits disponibles/indisponibles chez l’un ou l’autre… il y a aussi Montessori Store, Tangram Montessori… et j’en oublie sûrement.)

Il existe également des sites pour les courageux qui veulent faire des économies, qui vendent des perles à monter soi même, il y a 123Montessori qui vend le lot de 100 perles à monter soi-même (lot par couleur unie) ou encore un kit pour un escalier de perles …  certains sites de vente de perles à chapelet, aussi, se sont adaptés à la demande… Il vous faudra aussi du fil de cuivre assez épais pour que les perles restent bien alignées en étant manipulées (à attraper au rayon bricolage…) ainsi qu’une pince (pour replier les boucles)… Il existe aussi des version « discount » de ces perles (Amazon, Aliexpress…) , en plastique, elles sont fusionnées au lieu d’être sur un fil de cuivre pour certaines, d’autres ressemblent au « vrai » matériel, sur la photo en tout cas… n’ayant pas eu ce matériel entre les mains, je ne peux pas me prononcer sur leur qualité, ni sur la conformité de leur taille par rapport au « vrai » matériel (parfois certains se retrouvent avec du matériel miniature). Je suppose que pour un usage en IEF c’est moins gênant qu’en classe, surtout si vous ne comptez pas utiliser la totalité du matériel…

Concernant Petite Graine, j’ai du rapidement mettre de côté la théorie qui veut que l’on présente les nouveaux ateliers à mesure que le précédent est maîtrisé, et me confronter à la réalité du terrain et de ses besoins personnels : elle a ressenti le besoin de tout de suite passer à l’abstrait. Nous progressons donc dans plusieurs ateliers à la fois… Pour tout vous dire, nous avons même commencé de toutes petites additions (comment faire 3 de plusieurs façons, comment faire 4 de plusieurs façons…) à l’aide de plusieurs barrettes de chaque (une barrette de 4 perles a ainsi pu être décomposée en deux de 2, en une de 2 et deux de 1, en une de 3 et une de 1…), et nous avons évoqué le système décimal.

Nous abordons donc le sujet de diverses façons :

Les chiffres rugueux (ci dessus) : il s’agit là de lui faire tracer le chiffre en prononçant son nom (attention, tous les enfants ne supportent pas le contact rugueux, et c’est notre cas ici. Ne les forcez pas à appuyer trop fort! Traumatisme de ma propre enfance, j’ai mal, rien qu’à y repenser!). Bien entendu, on guide dans un premier temps la main pour montrer le bon geste… n’oubliez pas de le faire avec la main directrice de votre enfant et en vous plaçant du bon côté (si il est droitier mettez vous à sa droite et vice versa)…

Le plateau de sable (ci dessus) : l’enfant trace le chiffre dans le sable. Personnellement je me contente ici d’un petit plateau carré (trouvé à Action), question de place à la maison, et j’ai trouvé le sable au rayon aquariophilie (j’ai pris le plus fin possible). Même soucis pour ceux qui n’aiment pas la sensation du toucher des cartes, le sable donne une sensation relativement similaire. L’alternative, pas spécialement « Montessori », et à ne proposer que si l’enfant sait bien tenir un crayon (le plateau de sable permettant justement de pallier au besoin de savoir tenir le crayon dans un premier temps, une difficulté à la fois) : le tableau ou l’ardoise blanche effaçable…

L’association chiffre/quantités (ci dessus) : c’est un exercice que nous faisons déjà depuis un moment, cette photo date de quand nous ne faisions que 1, 2 et 3… Il existe aussi de nombreux tableaux à double entrée pour travailler ces notions d’une manière un peu différente (j’utilise ceux de l’école de crevette, et ceux de ID en vrac autour de l’éducation bienveillante ).

Le coloriage (ci dessus) permet de bien s’approprier le matériel, de faire connaissance…  Les perles à colorier viennent du site « the helpful garden ».

Associer les perles et les chiffres leur correspondant (ci dessus) : pour des raisons économiques et pratiques, je pique les pions chiffrés de mes mini barres bleues et rouges… Concernant les barres bleues et rouges (les grandes) petite Graine s’en est très rapidement lassée, car elle a montré très très rapidement un grand intérêt pour l’abstrait, donc, le chiffre lui-même… Du coup je réintroduis doucement ces barres (version mini) lors de cet exercice, où parfois on associera les perles, la barre et le chiffre correspondant… Elles serviront encore, plus tard, lorsque nous ferons les compléments de 10…

Les cartes à pinces : J’ai trouvé chez Montessori et Cie un lot de cartes à pinces sur le thème des perles (ci dessus) pour débuter, et puis j’ai fait les miennes (ci dessous) avec deux niveaux de difficulté : première page, résultat entre 1 et 9, seconde page, résultat de 10 et plus.

Voilà donc mes cartes à pinces additions de perles

Bien sur il y a aussi plein de variantes, thématiques, saisonnières, des cartes à pinces, permettant de proposer des activités différentes (bien que similaires) à l’enfant. J’en ai créé (peu), Montessori et Cie en a créé (beaucoup), et vous pouvez en trouver sur énormément d’autres blogs!

Des livrets à compléter, colorier, se référant au matériel, de chez Participassions. (regardez vers le bas de sa liste, aux alentours des 3/4 de la page…).

Manipulation des perles (ci dessus) : l’enfant trouve diverses façons d’arriver au nombre voulu de perles, introduction de la notion d’addition…

Additions de perles, version fiche (ci dessus) : J’ai complété les exercices de type « cartes à pinces » avec cet exercice sur fiche : au choix, l’enfant écrit le résultat sur la feuille, ou bien on plastifie pour un usage multiple avec un feutre effaçable, ou bien encore on imprime les deux bandes d’auto-correction deux fois pour découper une des bandes en pions-réponse à mettre en face de chaque addition, là encore deux niveaux de difficulté. J’ai ajouté en bonus (comme il y avait un espace inutilisé) une petite carte à imprimer/plastifier, ou coller dans un cahier, récapitulant les compléments de dix, visualisés avec les perles de couleurs… Voilà les fiches

Système décimal et cartes en bois (ci dessus), tables de seguin (ci dessous) : L’introduction au système décimal s’est fait lorsque Petite graine a observé une barre de téléchargement monter, et a demandé pourquoi il y avait un chiffre qui augmentait (la dizaine) alors que ça repartait à zéro (l’unité)… Voilà pourquoi nous l’avons abordé un peu « en avance »… Bien que pour faire ma photo d’illustration j’ai sorti toutes les perles, en fait nous faisons pour le moment unités et dizaines.

Le jeu de la pizza (ci dessous) : un petit jeu de numération (absolument pas Montessori, pas d’autocorrection, nous recomptons donc ensemble à la fin, tout en « mangeant » la pizza…) que j’ai trouvé ici et qui a un énorme succès auprès de Petite Graine : il s’agit de garnir une pizza en suivant les instructions sur une carte. Seul défaut : ça ne monte pas au dessus de 7, donc même si le succès ne baisse pas depuis plus d’un an, l’intérêt en est aujourd’hui quelque peu limité.  Du coup je pense imprimer plusieurs autres jeux similaires, que je viens de dénicher ici et là... (à moins que je ne trouve le courage de faire de nouvelles cartes pour ce jeu ci… )

Jeu du chiffre manquant (ci dessous) :

Petite Graine avait des difficultés avec la comptine numérique, pour une raison obscure elle zappait le 7 ou le 8, ou même les deux en même temps. Rapidement, elle se lassait si on se contentait d’ « ânonner », donc j’ai inventé un « jeu ». Sur un tableau blanc, j’ai écrit une suite numérique, mais j’ai fait exprès d’oublier un des chiffres, et ma détective en herbe devait trouver lequel… Bien sûr ce faisant nous passions chaque chiffre en revue en prononçant son nom… Au début je ne laissais aucun espace pour rendre la traque plus intéressante, maintenant qu’elle maîtrise parfaitement le sujet, nous avons pris l’habitude de laisser la place pour écrire le chiffre manquant, tant pis pour la « triche », le plus important c’est qu’ainsi elle répète encore et encore le nom des chiffres, et qu’elle les « imprime ». Petite Graine adore ce jeu, nous inversons les rôles à chaque fois, et c’est d’elle même qu’un jour elle a commencé à écrire une suite allant au delà de 9, et maintenant elle va jusqu’à 20 (là c’est la taille du tableau qui va nous limiter 😉 ). Nous n’utilisons pas forcément les couleurs Montessori, il faut dire que je n’avais pas prévu que ça irait au delà des unités et au delà d’une utilisation plus que ponctuelle…  (initialement oui, j’avais pris un feutre vert, mais bon, maintenant c’est selon l’humeur de Petite Graine, une couleurs pour celui qui fait la suite, une couleur pour celui qui corrige, et elle était si fière quand elle a écrit son 10, 11, 12 en orange, que je me suis dit qu’on reparlerait du code couleur en dehors du jeu!)

Et voilà pour nos activités sur les mathématiques, pour l’instant!