Monthly Archives: février 2018

Question de dextrie…

Quelques nouvelles de notre petite Graine…

Tous les parents ou presque se posent un jour la question : « droitier ou gaucher? »

L’un des avantages d’être en IEF, c’est que nous avions tout notre temps pour savoir…

Le suspense était, dernièrement, « insoutenable », car petite Graine est taquine : elle utilise de temps en temps les deux mains en même temps, ou change de main selon l’emplacement de la zone qu’elle veut colorier sur un dessin (oui, ça y est, elle se met enfin aux coloriages, qui ne l’intéressaient pas du tout jusque ici, comme quoi tout vient en son temps)…

Mais voilà, le « verdict » est plus qu’évident à présent : mes impressions étaient les bonnes, elle est bel et bien gauchère.

J’ai un gros, un énorme avantage par rapport à bien des parents, désemparés en apprenant une telle nouvelle, de se dire que leur enfant écrira comme un cochon et qu’il n’aura jamais une page de cahier propre dans toute sa vie scolaire…

Bon, en fait j’ai deux avantages, parce que déjà, elle n’aura, à priori, pas de « vie scolaire » hahaha! Hum! Pardon!… Je m’égare…

Bon, redevenons sérieuse un instant : oui, sur le coup, je me suis dit « mince (oui, j’auto-censure les gros mots sur mon blog, parce qu’en « vrai » je suis capable de jurer comme un charretier), nom d’un petit bonhomme (bis), comment vais-je faire, moi qui suis droitière, pour lui montrer le bon geste, ho là là la galère… »

Mais heureusement, j’ai un énorme avantage : je connais un gaucher qui a la plus belle écriture que je connaisse (non, il ne s’agit pas de mon mari, déjà, il n’est pas gaucher, et puis, pour mon mari, comme toute femme de médecin, j’ai appris à décoder les messages cryptés… Moi vivante, mon mari ne s’occupera jamais de l’écriture de notre fille, sauf si elle veut devenir médecin : là, je le laisserai lui apprendre à écrire aussi mal que lui, comme un cochon, en hiéroglyphes, vu qu’il semble que ce soit un prérequis à la profession!).

Bref, je connais un gaucher qui écrit bien, et même merveilleusement bien, et grâce à lui, je sais que je ne suis absolument pas condamnée à n’avoir que des torchons sales en guise de « traces écrites » à montrer avec appréhension à mon inspecteur chaque année…

Être gaucher n’est pas une fatalité, et être gaucher ne veut pas dire « mal écrire » pour peu qu’on se donne la peine de faire attention à quelques détails :

– Tout d’abord, veiller à ce que l’enfant tienne bien son crayon. J’avoue je ne comprends pas pourquoi certains instits sont incapables de faire tenir correctement leur crayon à un gaucher…Bien sûr, en tant que droitier, tenir le stylo dans la mauvaise main pour montrer à l’enfant n’est pas simple, personnellement je me trompe de position une fois sur deux! (et je suis une gauchère contrariée, alors les vrais droitiers…). Mais personnellement j’ai rapidement trouvé la parade : au lieu de mal montrer avec ma main gauche, je me met en face de mon enfant, et je montre bien avec ma main droite. Et mon enfant me copie comme si elle était face à un miroir! Simple, non?

– Ensuite, et là, pour moi, c’est un crève cœur car je pense que le résultat est incomparable et le confort d’écriture aussi : renoncer au stylo plume. Du moins au début. Pour un gaucher, le plume donne, en effet, un résultat « incomparable » : l’encre n’a pas le temps de sécher qu’elle est immédiatement étalée sur la feuille… J’avoue, vu mon amour inconditionnel pour l’écriture au stylo plume, j’ai un petit peu pleuré…

– Enfin, quand viendra le temps de l’écriture (pour l’instant nous en sommes aux coloriages), penser à pencher la feuille ou lieu de la laisser droite… ça évite les positions surréalistes que j’ai pu voir pendant ma propre enfance, où le gaucher, tenu de laisser sa feuille droite, tenait son poignet à l’envers et au dessus de sa feuille (une merveille pour écrire encore plus mal, avoir une tendinite à l’âge de 10 ans et devoir être opéré du Carpien à 12…) ou encore finissait dans des positions improbables, couché sur sa table, mais avec la feuille bien droite!

– Et puis bien sur, le buvard sera notre meilleur ami. On en trouve encore (heureusement!) même si c’est moins évident que « de mon temps »… du coup quand j’en trouve j’achète directement deux ou trois paquets, et tel l’écureuil, je fais des réserves en prévision…

Si vous aussi êtes, ou avez des gauchers à la maison, et si vous avez d’autres astuces, n’hésitez pas à les partager en commentaire!

A suivre, nous verrons bien ce que ça donnera, seul l’avenir nous le dira, mais nous allons tout faire pour qu’être gaucher ne rime pas avec fatalité!

Un lapbook sur les chiffres…

Ce n’est pas du « Montessori » au sens strict, mais j’ai découvert en Septembre, à l’occasion de notre participation au Festival pour l’Ecole de la Vie à Montpellier, ce que sont les « lapbooks », support pédagogique particulièrement apprécié de l’une de mes amies… Les lapbooks, ou livres objets, sont des livres que l’on crée soi-même, façon « scrapbooking », où l’enfant va mettre tout ce qu’il trouve sur un sujet donné… On peut le créer à partir de rien, ou bien trouver des « kits » sur un sujet donné… Vous en trouverez par exemple ici ou

Une petite photo souvenir de l’atelier que nous avions organisé… les enfants se sont régalés!

J’ai franchement adoré le concept, que je trouve tout à fait compatible avec la pédagogie Montessori : c’est ludique, faisable en parfaite autonomie, et ça laisse un joli souvenir à relire et à rapporter chez soi (quand on le fait en classe ou à l’occasion d’un festival!).

Du coup, je me suis lancé, et j’ai proposé à Petite Graine d’en fabriquer un, adapté à son âge (et pour le coup, avec mon aide…).

J’ai donc fabriqué un « kit » pour créer un lapbook sur le thème des chiffres et des nombres, de 1 à 10, puis une « extension » pour ceux voulant monter jusqu’à 999… Extension que je n’ai pas encore utilisée, puisque nous en sommes encore qu’à la première étape…

Pour faire un « lapbook », on se sert d’une chemise rigide sans rabats, pour faire la « couverture », soit on la plie classiquement, pour faire un genre de « cahier », soit on fait ce que j’ai fait sur la photo : on l’aplatit, puis on plie les deux pages en deux pour créer deux rabats qui refermeront le « lapbook » un peu comme on ferme les portes d’une armoire, ou les volets d’une fenêtre. Pour créer des pages supplémentaires à l’intérieur, j’ai utilisé des chemises souples en papier de couleur. Pour le fond, j’ai utilisé un papier cartonné (ça permet de bien rigidifier, vu que la chemise cartonnée était pliée au milieu… forcément). On y met des rabats à ouvrir/fermer, des disques que l’on fait tourner autour d’une attache parisienne, des éléments que l’on sort d’une poche dans le livre… tout ce qu’on a envie de faire de fantaisiste pour rendre le lapbook encore plus ludique est bienvenu!

L’enfant peut décorer son lapbook selon sa fantaisie, c’est le principe, c’est donc Petite Graine qui a choisi les couleurs, et qui a aussi voulu mettre un papier décoré sur le fond (j’ai toute une collection de papiers décorés glanés ici et là, la plupart cartonnés, trouvés essentiellement à LIDL et Action, pour les travaux manuels et ce genre de choses).

Mon « kit » respecte les couleurs des perles et du matériel Montessori de mathématiques :

Couleur des perles, puis couleurs des unités, dizaines et centaines… Si d’aventure vous utilisez un autre code couleur, pas de soucis, je vous propose aussi la version modifiable du fichier. Ce dernier est à ouvrir avec « libreoffice » (c’est un programme gratuit donc pas de soucis si besoin), vous pouvez ainsi modifier les couleurs…

Je me suis chargé du découpage, ma Petite Graine ayant encore du mal car ses mains sont vraiment petites, même pour les plus petits ciseaux que j’ai pu trouver… puis elle a eu la charge de coller chaque petit « livret » de chiffre (j’ai conçu chaque petite forme de manière à ce qu’on puisse l’ouvrir, découvrir le nombre de points correspondant au chiffre, et même ajouter ce qu’on désire comme décoration ou inscription à l’intérieur…), enfin elle a voulu décorer… Comme j’avais des autocollants fantaisie avec des chiffres, elle a voulu scrupuleusement mettre chaque autocollant dans le bon petit « livret »…

Je me suis occupé de la pochette centrale dans laquelle nous rangeons un petit loto des chiffres (il s’agit d’un affichage de classe trouvé sur Iticus, et honteusement détourné par mes soins, en l’imprimant au quart de sa taille initiale…). La pochette pour les pions, c’est une pochette pour CD en plastique.

Une fois la pochette centrale collée, nous avons terminé la décoration du lapbook : deux trous faits avec une perforatrice et un ruban pour fermer le livre, de la colle, des gommettes, des paillettes, tout ce qu’elle avait envie de faire avec tout le matériel que j’avais mis à sa disposition…

Et voilà notre premier lapbook, bien sympa à garder et à regarder, contenant un petit jeu de loto et nos chiffres de 1 à 10…et quand le moment sera venu, il nous suffira de coller de nouvelles pages, pour y ajouter mon « extension » allant jusqu’à 999! (des disques à faire tourner pour les chiffres de 01 à 99 et des bandes à faire coulisser pour les chiffres de 001 à 999, je vous conseille de les plastifier -après avoir écrit sur les cercles en suivant les instructions-, ou de les imprimer sur du papier rigide, pour que ça survive aux manipulations).

Et donc, voici les fichiers :

lapbook chiffres version PDF

lapbook chiffres version modifiable

Amusez-vous bien!

Le grand retour!

Bonjour à tous!

Le temps de chasser la poussière, et je vais recommencer à publier!
Pardon pour cette interruption, il semblerait que j’ai une vie plus trépidante qu’espéré…

Au programme, beaucoup de matériel pédagogique, car si je ne l’ai pas partagé, j’en ai fabriqué… ce sera pour me faire pardonner cette longue attente… mes coups de cœurs (et coups de gueule, ça viendra aussi hihi!)… la reprise de mon projet d’articles de tour des différentes pédagogies… et bien sûr le partage sur nos activités, les choses qui ont eu du succès, celles qui n’en ont pas eu, les bons plans, les moins bons…

Concernant vos commentaires à mes articles : Aucune volonté de ma part de censurer, au contraire… mais je me bats actuellement avec les modules pour trouver le moyen de permettre la publication de commentaires sans passer par MA validation mais tout en ne permettant pas aux robots de publier… je suis comme beaucoup victime de spam (et de choses vraiment pas en adéquation avec mon blog, comme des pubs pour de la pornographie…) je cherche un module qui MARCHE (celui que j’utilise actuellement ne marche pas de toute évidence, puisque vos commentaires sont toujours en attente…et j’en ai 1491 à trier!!! merci le spam…). Je suis désolée pour ce dysfonctionnement!

Dans le genre « bug » à régler il y a aussi ce fichu bouton « pin it » de pinterest (d’ailleurs inactif) qui a décidé de s’incruster dans ma page d’accueil, et dont je n’arrive pas à trouver le code…tsss… heureusement, quand vous allez sur un article pour le lire, ce truc qui fait loucher disparaît!

Bref, maman Vulpin vous salue, et va se mettre au travail!